EMISSION FRANCE 3


INTERVIEUW de L'EMISSION sur France 3


la journaliste : le cheval et la SEP est-ce possible ?

Odette: les choses sont difficiles mais rien n'est impossible.

La SEP touche les membres inférieurs donc notre attention est portée sur nos membres inférieurs mais une fois sur selle tout cela

est terminé : les jambes on en parle plus, l'équilibre se fait d'une autre façon et on découvre que l'on a une corps ,des épaules , des bras

on rédécouvre notre corps d'une autre façon et c'est épatant !

Cécile : c'est une aide par la relation animal.

Le cheval véhicule beaucoup de symboles : puissance, grandeur... donc comme le dit Odette le cheval prend le relais des jambes.

Nos critères sont le bassin, bras et dos toniques.

Pour pouvoir monter sur le cheval on a un montoir adapté

Odette : "même pas peur"

bien encadré on est bien aidé par des bénévoles, auprès de chaque cheval une personne qui marche est à notre écoute,

nous aide et on fait cela en toute sécurité

Journaliste : le cheval devient un outil ?

Cécile : la relation d'aide se fait aussi bien du bénévole au bénéficiaire et du bénéficiaire avec son cheval, car chaque

bénéficiaire à son cheval attitré avec grande communication et confiance : très important .

Le Docteur Vernay vient faire des ateliers éducatifs autour d'une question la plupart proposée par le bénéficiaire : le problème

d'une personne qui évoque quelque chose lié à la maladie et ; comment nous après, on peut trouver des exercices adapté avec

le cheval pour compenser ou au moins travailler sur le point de blocage.

Journaliste : il n'y a pas que l'aspect ludique ?

Odette : au-delà de l'activité ce sont des rencontres et qui sont évolutives, on ne pratique pas uniquement l'activité cheval.

c'est à dire le fait que le Docteur Vernay vienne régulièrement et nous apporte son éclairage neurologique, scientifique ,

nous malades on se pose des questions que nous lui posons et tout cela permet d'évoluer et faire évoluer l'activité en fonction

des questions-réponses du coup les bénévoles adaptent leur pédagogie d'aide.

La journaliste : vous prenez connaissances de vos difficultés ?

Odette : l'activité est en perpétuelle évolution quelque chose qui se construit chaque fois très intéressant  intellectuellemet aussi

au -delà du physique

Journaliste : comment réagissent les chevaux ?

Cécile : les chevaux sont trés apaisés, très à l'écoute, réagissent bien avec les bénéficiaires, sont calmes ...

les chevaux ce sont 500 kg de générosité !

Odette : les chevont sont à l'écoute : c'est important pour moi aprés ces 2 heures, toute la semaine on y pense

c'est une affection qui nous nourrit aussi car dans les maladies évolutives, comme la nôtre, il faut trouver le moteur

car le plus facile serait de rester chez  soi .

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site