La dépression et la SEP

 

La dépression est une maladie à la fois physique et psychique.
Se retrouver confronté au fait que l'on a une maladie chronique est une expérience traumatisante, source d'angoisse.
Parmi les maladies chroniques, les affections neurologiques sont connues pour exposer plus que d'autres au risque de dépression .
Une étude parue récemment dans une revue scientifique de grande renommée a permis d'évaluer qu'en cas de SEP, le risque de dépression est multipliée par deux.

SEP et DEPRESSION : deux maladies qui peuvent coexister à part entière
L'annonce de la SEP, même si elle est difficile à accepter, ne suffit pas à elle seule pour être à l'origine d'un syndrome dépressif.
En fait beaucoup de dépressions se révèlent bien après l'annonce du diagnostic de SEP
Celle-ci est alors un facteur de risque supplémentaire venant se surajouter à une vulnérabilité personnelle, familiale, génétique ou encore environnementale.
Certains symptômes sont très évocateurs de dépression, il s'agit notamment :

- de la modification de l'humeur,
- de l'incapacité à prendre du plaisir,
- du désintérêt,
- de la démotivation
- ou encore d'un sentiment de dévalorisation,
- d'idées noires,
- voire d'idées suicidaires
loin d'être banalisés, ces signes doivent alerter, surtout lorsque plusieurs d'entre eux sont associés.
le traitement de fond de la sclérose en plaques primordial mais celui de la dépression l'est également parce qu'il contribue à améliorer l'état du patient

 


DES SYMPTOMES PARFOIS SIMILAIRES POUR DEUX MALADIES DISTINCTES

On appelle symptômes de recouvrement des symptômes qui peuvent être rattachés :
- Soit à la SEP,
- Soit à la dépression
Parmi ces symptômes de recouvrement, trois d'entre eux méritent une attention particulière :
- Fatigue
- Modification de caractères
- Ralentissement psychomoteur

CONTRAIREMENT A D'AUTRES TROUBLES PSYCHIQUES, LA MAJORITE DES DEPRESSIONS GUERISSENT
SI ELLES SONT BIEN TRAITEES ET SUFFISAMMENT LONGTEMPS


Pour en sortir :
Les moyens disponibles sont nombreux, pour choisir le traitement le plus approprié.
Le médecin tient compte du patient, de l'intensité de ses signes et de leur durée.

Le psychiatre est certainement aussi l'un des acteurs de santé les plus à même  de comprendre la souffrance engendrée par la dépression de compatir dans le bon sens du terme.
Le psychiatre contribue à faire comprendre que les manifestations dépressives touchent le coeur du réacteur qui fournit l'énergie et qu'il est nécessaire d'instaurer une prise en charge adaptée lui permettant de la retrouver.

CE QU'IL FAUT RETENIR
- Guérir de la dépression, c'est possible
- La dépression n'est pas une maladie honteuse
- Le psychiatre : un vrai partenaire



ENCORE UNE FOIS, N'HESITEZ PAS:
TELEPHONEZ AU RESEAU SEP AUVERGNE
ILS PEUVENT NOUS AIDER !

ce n'est pas une honte d'aller ""MAL dans sa TETE"" (Iréne)
Commentaires (2)

1. Nsifa 25/05/2011

Cette maladie me détruit de jour en jour, la dépression associée est terrible. Je suis étudiante et j'ai perdue toute motivation. J'ai l'impression que tout le monde s'en fou. Bien évidemment ils ne vont pas arrêter de vivre à cause de mes malheurs mais je veux juste un soutien moral, un booster de motivation. Mais personne ne veux remplir ce rôle. Ma meilleure amie ne voit pas ce mal et profite un grand maximum de la vie sans se soucier de ma santé morale...

2. iréne (fondatrice du site) 13/06/2011

je suis vraiment très attristé par ce qui vous arrive et de plus je m’aperçois que vous n'avez prés de vous personne pour vous épauler !
j'avoue que mon comité est un endroit où nous nous épaulons les unes aux autres
si vous le désirez vous pouvez me téléphoner au 04.73.27.70.59 ou 06.61.40.37.29 : ce sera plus facile et vous pourrez ainsi me dire comment vous détruit cette maladie ainsi que peut-être votre dépression sera moins lourde si on peut faire quelque chose
amicalement
iréne

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×